Les jeux du mois d'octobre

Ce mois-ci, à l'occasion de son mois qui fait peur, la ludothèque met en avant trois jeux terrifiants.

Le petit nouveau

Le manoir infernal :

jeu d'adresse

2-4 joueurs - à partir de 8 ans - 20 minutes

un jeu de Asger Harding Granerud et Daniel Skjold Pedersen

illustré par Etienne Hebinger

édité par Blue Orange

 

Dans le manoir infernal, chaque joueur essaie d'être le premier à positionner son pion aventurier dans la même pièce que les trois trésors. Le tout en faisant glisser les pions et en évitant soigneusement d'embarquer avec lui les pions monstres (fantômes, araignées, serpents, gigant'oeil...) qui se baladent avec lui.

Le classique

Les bons et les mauvais fantômes :

jeu de bluff

2 joueurs - à partir de 8 ans - 10 minutes

un jeu d'Alex Randolph

édité par Drei magier spiel

 

Dans ce jeu, chaque joueur dispose de 4 "bons" fantômes et 4 "mauvais" fantômes. Ceux-ci se distinguent par un petit point au dos (bleu ou rouge). A son tour, on déplace un de ses fantômes et s'il prend la place d'un fantôme adverse celui-ci est éliminé.

Le premier qui sort par une porte opposée un bon fantôme a gagné. Mais la partie peut se finir avant si un joueur a perdu tous ses bons fantômes (c'est perdu) ou s'il s'est fait capturer tous ses mauvais fantômes (c'est gagné... et bien bluffé !).

L'oublié

Le fantôme des Mac Gregor :

jeu de programmation et d'anticipation

3-6 joueurs - à partir de 8 ans - 40 minutes

un jeu de Dominique Ehrhardt

édité par Ravensburger

 

Dans le château des Mac Gregor, les joueurs essaient d'échapper au fantôme tout en récupérant des trésors. Si le fantôme attrape un autre joueur, celui-ci prend alors le rôle du fantôme. A chaque début de tour, le fantôme programme secrètement ses déplacements (bien évidemment, il peut passer au travers des murs) et ne bougera qu'après tous les autres joueurs (qui, eux, doivent bénéficier des bonnes clés pour ouvrir les portes).

Le premier joueur qui sort du château hanté avec suffisamment de trésors remporte la partie.


Écrire commentaire

Commentaires: 0