Les jeux du mois d'octobre

Le petit nouveau

Battle sheep :

jeu de contrôle de territoire

2-4 joueurs - à partir de 7 ans - 15 minutes

un jeu de Francesco Rotta

illustré par Andrea Femerstrand

édité par Blue Orange

 

Au début, chaque joueur dispose d'un troupeau de moutons empilés les uns sur les autres. Au fur et à mesure de la partie, il faudra les dépiler petit à petit en les déplaçant par groupe en ligne droite (un mouton isolé ne pourra plus se déplacer). Evidemment, bloquer les piles des autres pour les empêcher de bouger sera une vile technique à utiliser.

Celui qui contrôlera le plus de cases quand tout les pions seront bloqués remportera la partie

Le classique

Zoowaboo :

jeu de paris et d'estimation spatiale

2-4 joueurs - à partir de 5 ans - 15 minutes

un jeu de Carlo A. Rossi

illustré par Gabriela Silveira

édité par Selecta (réédité par Matagot depuis)

 

Dans Zoowaboo, les joueurs doivent faire rentrer des animaux sur un radeau. Si tout le monde pense qu'on peut y arriver, on ajoute un nouvel animal. Si quelques-uns pensent que c'est impossible, ceux qui pensent y arriver ont le temps du sablier pour faire rentrer tous les animaux sur le radeau. Si c'est réussi, ils remportent les points, si c'est raté, les points reviennent aux pessimistes (qui avaient raison).

Après cinq départs de radeaux, celui avec le plus de points remporte la partie.

L'oublié

Le paresseux :

jeu de course lente

3-6 joueurs - à partir de 7 ans - 20 minutes

un jeu de Dominique Tellier

illustré par Valter Unfer

édité par Eurogames


Le paresseux est un jeu original puisqu'ici c'est le dernier arrivé qui remportera la partie. A chaque lancer de dé, les joueurs peuvent choisir quel paresseux avancera (de préférence celui d'un autre joueur). Il est parfois bien utile de s'endormir ou de se cacher derrière les autres (si les pions s'empilent, seul celui du dessus peut être avancé) pour prendre un peu de retard.

Un jeu unique où l'on prend son temps qui mériterait une réédition à l'approche de ses 30 ans.


Écrire commentaire

Commentaires : 0