Pleins feux sur... Andor

illus. Michael Menzel
illus. Michael Menzel

En plein coeur de notre mois du médiéval-fantastique, attardons-nous sur l'une des grandes réussites ludiques de l'année, As d'Or 2013 au dernier Festival de Cannes et Kennerspiel des Jahres ("jeu de l'année pour connaisseurs") en Allemagne. Pleins feux sur... Andor !

Andor est un jeu d'aventures coopératif. Les joueurs vont jouer un groupe d'aventuriers (du classique : mage, guerrier, archer et nain) qui tentent de défendre les terres d'Andor de viles hordes démoniaques.

Quand on débute une partie, on commence par choisir une Légende et prendre les cartes correspondantes. Pour la première partie, nul besoin de lire les règles, il suffit de s'emparer du livret d'introduction et de le lire à haute voix pour l'installation et le début de partie : des cartes de la première Légende aux tuiles posées sur le plateau uniquement pour l'introduction, tout est fait pour prendre les joueurs par la main et leur faire découvrir les règles progressivement.

Puisqu'on parle des règles, celles-ci sont relativement simples. Chaque jour, les joueurs ont 7 points d'action à dépenser (se déplacer d'une case coûte 1 point, combattre 1 autre point...). Une fois la journée finie, on pioche une carte évènement, puis on fait avancer les monstres présents vers le château (et ça peut aller très vite), enfin on fait avancer le pion narrateur. Très intéressant, ce pion narrateur. Car c'est lui qui va faire avancer l'intrigue. Quand il arrive sur certaines cases de sa piste (il y en a 14, de A à N), on lit la carte Légende correspondante (et l'histoire avance). Quand on arrive à la case N, c'est l'heure du grand final.

D'un point de vue du combat, chaque combattant a sa petite particularité dans sa façon de lancer les dés (ce qui permet de varier les plaisirs) et les combats sont plutôt simples : un lancer pour le(s) joueur(s), un pour le monstre. La différence entre les dés donnera le nombre de points de volonté en moins pour le perdant.

Par contre, quand un monstre est vaincu, il faut se retenir de crier victoire, car à chaque monstre tué, le pion narrateur avance (et on se rapproche de l'inéluctable combat final).

Toute la partie n'est que stress avec l'avancée des monstres vers le château de Chaumebourg (s'ils sont trop nombreux au château, la partie est perdu) et ce narrateur qui fait avancer l'histoire sans laisser le temps aux aventuriers de respirer.

 

Andor est un excellent jeu d'aventure où l'on est sans arrêt sous tension à devoir faire des choix stratégiques. Facile à prendre en main, il n'est pas pour autant facile de gagner.

Il est notable de signaler que le jeu est signé Michael Menzel, plus connu pour ses magnifiques illustrations que pour ses créations ludiques. Pour un coup d'essai, c'est un coup de maître !

 

Fiche technique : Andor

Jeu d'aventures fantastiques

Auteur : Michael Menzel

Illustrateurs : Michael Menzel

Editeur : Iello

2-4 joueurs

10 ans et +

90 minutes

As d'Or 2013

Kennerspiel des Jahres 2013 (meilleur jeu pour connaisseurs)


Écrire commentaire

Commentaires : 0