Pleins feux sur... Les trois petits cochons

illus. Xavier Collette, (c)Purple Brain
illus. Xavier Collette, (c)Purple Brain

Cela fait déjà quelques mois que nous vous en parlons. Certains d'entre vous ont déjà eu l'occasion d'y jouer à la ludothèque lors de la fête du Jeu, du mois de juillet ou de la dernière soirée-jeux. Eh bien, ça y est, les trois petits cochons sont enfin arrivés à la ludothèque.

Et puisque nous ne sommes pas chauvins, mais presque, rappelons que l'éditeur du jeu, Purple Brain, est camblanais !

Vous n'êtes pas sans connaître le conte des trois petits cochons. Ces trois jeunes porcelets gras et roses voulaient construire leurs maisons en paille, en bois et en brique, mais le loup est passé par là et... Et si vous voulez connaître la suite, sachez qu'une adaptation du conte est présente dans la boîte. C'est l'un des premiers bons points du jeu, associer le conte et le jeu.

Ici, on va donc jouer au cochon et construire nos maisons en paille, bois et brique (mais nous, on pourra mélanger). A son tour, on lance les cinq dés et comme dans de nombreux autres jeux de prise de risques, on a le droit de lancer et relancer jusqu'à trois fois. Sur les dés, on retrouve des symboles de portes, fenêtres et toits qui vont nous permettre de prendre ces mêmes objets plus ou moins solides (avec deux dés "portes", on peut prendre une porte de paille, avec trois, de bois et avec quatre, une porte de brique).

Mais le loup veille et sur trois des dés, il y a une face "loup". Lorsqu'un dé fait "loup", il ne peut être relancé et si l'on obtient deux faces "loups", on ne peut rien construire ce tour. En revanche, on peut se faire plaisir et désigner une maison adverse sur laquelle on va souffler. On prend alors la "roue de souffle" et on souffle pour faire tourner la flèche, celle-ci indiquant quel type de matériau sera détruit. Comme les dés avec un loup sont repérables (dessins noirs), il est possible de jouer au méchant et de les relancer pour faire des loups et souffler sur les fragiles bâtisses des adversaires.

A la fin de la partie, on compte les têtes de cochons sur les constructions terminées (avec un toit). Les parties en brique valant plus (4 points) que celles en bois (3 points) ou en paille (2 points). Enfin, on ajoute quelques points bonus pour le nombre de maisons, les pots de fleurs, etc. (dépendant de la variante choisie : "petits cochons" ou "cochons aguerris"). Celui qui a le plus de points l'emporte !

 

Les trois petits cochons fait partie de ces jeux parfaits pour jouer en famille : plaisant à la fois pour les enfants et pour les adultes. D'ailleurs, le petit côté "méchant" fait qu'on peut même y jouer uniquement entre adultes et y prendre plaisir.

 

Fiche technique : Les trois petits cochons

Jeu de dés, de souffle et de prise de risques

Auteur : Laurent Pouchain

Illustrateur : Xavier Collette

Editeur : Purple Brain

2-5 joueur

7 ans et +

20 minutes


Écrire commentaire

Commentaires : 0